Accueil > Le Domaine

Philosophie bio

Pour cultiver la vigne avec discernement, préserver la biodiversité et produire des vins de qualité et bien entendu, bons pour la santé, il nous a semblé nécessaire, comme une évidence, que le vignoble soit conduit en agriculture biologique.

jachère
Le leitmotiv de notre philosophie étant la concordance terroir/cépage, il est important que la plante soit en harmonie avec la terre où elle croît et l'environnement où elle s'épanouit. Il a été entrepris dès 1993, un essai en biodynamie pour aboutir à la conversion à l'agriculture biologique de l'ensemble du vignoble en 1996 par respect de la plante, du terroir, des rivières, de notre personnel et du consommateur. Cette démarche innovante a abouti aujourd'hui naturellement à une conduite globale du vignoble en biodynamie.

Ce passage en bio a été le refus de l'utilisation de pesticides et herbicides de synthèse dont on retrouve malheureusement les traces, là où ils sont utilisés, dans les sols, les plantes, les rivières et les verres de vin qui sont issus de cette agriculture dite « conventionnelle » !

chaussage

De plus notre démarche est complétée par un travail global de l'environnement d'où, la conservation de bandes enherbées non fauchées et la plantation de haies depuis le début des années 2000. Ces haies, séparant les îlots de parcelle sont composées de prunelliers, viornes, cornouillers, bourdaines, noisetiers, sureaux noirs, groseilliers rouges, églantiers et troènes communs. Ces végétaux ont été choisis car ils sont déjà dans le milieu naturel et car ils présentent un spectre de floraison large favorable à la vie des insectes. Tout ceci dans le but de préserver la faune auxiliaire, équilibre fragile si important pour nos cultures. Nous trouvons dans nos vignobles de nombreux insectes utiles : chrysopes, syrphes, coccinelles, forficules, etc.
Nous semons des engrais verts qui sont enfouis et qui nourrissent la vigne. Les sols viticoles sont entretenus par des binages mécaniques et des labours superficiels ce qui favorise d'une part un enracinement profond et permet à la plante de mieux résister à la sécheresse, et d'autre part, d'aller puiser les éléments minéraux du sol et du sous-sol. C'est cet enracinement profond qui va accentuer « l'effet terroir ».

labours


Notre philosophie bio nous oblige à un contact intime avec la plante pour l'obtention de raisins typés et de qualité. C'est la recherche de la substantifique moelle chère à François Rabelais qu'il va nous falloir révéler à la cave. La vinification, cette transformation alchimique, se limite finalement à préserver et à mettre en valeur la matière première (materia prima) que Dame Nature nous a généreusement léguée.

 

Cette page vous a intéressé, partagez-la sur les réseaux sociaux :